Qu’est-ce que la Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences ?

Qu’est-ce que la Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences ?

Gestion-Previsionnelle-des-Emplois-et-des-Competences
19 juin 2019
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

L’évolution des entreprises est devenue de plus en plus rapide et le numérique est actuellement pour beaucoup dans cette nouvelle conduite du changement. Afin de faire face et adapter ses ressources humaines dans cette dynamique, la mise en place d’une bonne Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences (GPEC) est désormais indispensable.

Comment mettre en œuvre une GPEC en 3 phases ?

La GPEC est un excellent outil de gestion RH préventif, il permet d’analyser et de piloter les contraintes imposées par l’environnement et les choix stratégiques de l’entreprise afin de mieux appréhender les défis futurs. Voici les trois phases clés permettant la mise en œuvre optimale du projet.

1 : Le diagnostic :

La mise en place d’une GPEC passe, de façon impérative, par la réalisation d’un état des lieux de l’existant et l’anticipation des futurs besoins concernant tous les métiers, compétences et profils des salariés. La finalité étant de bien identifier les écarts entre les compétences actuelles détenues par les collaborateurs et celles attendues pour les emplois de demain afin de pouvoir orienter les décisions stratégiques en aval. Cela passe, entre-autres par la mise à jour des fiches de postes, la rémunération, l’évaluation des besoins de formations, la connaissance de la pyramide des âges et la mise en place de tutorats afin d’assurer la transmission des savoirs et savoir-faire.

2/ Le plan d’action RH

En fonction des résultats du diagnostic, la mise en œuvre du plan permettra de déterminer les leviers pertinents. Pour exemple : réduire les écarts détectés : rémunération, compétence, âge, responsabilité, etc… La mise en place d’actions à court et moyen terme permettra de bien piloter les compétences et l’évaluation des besoins de formation. Afin d’optimiser la réussite d’une GEPEC, le diagramme de GANTT s’avère particulièrement pertinent.

3/ Le bilan:

Afin d’évaluer au plus près les éventuels écarts entre les objectifs fixés en amont et ceux qui ont effectivement été réalisés, un bilan à la fois quantitatif et qualitatif devra être réalisé. Il permettra d’apprécier les impacts directs ou indirects sur votre structure, les marges d’amélioration et offrira la possibilité de corriger les écarts si besoin.

Si la démarche de GPEC mobilise des équipes et du temps, elle constitue une réelle plus-value dans la gestion des Ressources Humaines et pérennise l’entreprise en facilitant l’adaptation aux métiers et à ses évolutions.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plateforme d'assistance et de services aux salariés

Experts en architecture des systèmes de rémunération nous vous conseillons sur

RECHERCHE

abonnez vous à notre newsletter

ARTICLES LES PLUS LUS

ailleur sur le web

RSS Error: A feed could not be found at `https://app.meltwater.com/gyda/outputs/5d6fbbb4d9717383dbb94eba/rendering?apiKey=5cb0433764649e9b268f8776&type=rss`; the status code is `400` and content-type is `text/html`

notre communauté

Restez Connecté