Retraite : les gagnants et les perdants

Retraite : les gagnants et les perdants

La nouvelle réforme des retraites
16 janvier 2020
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Le mouvement contre la réforme des retraites continue sur sa lancée. Il est en train de battre le record des grèves de 1986.

D’après le premier ministre, l’âge pivot est indispensable pour équilibrer les comptes tout en marquant un progrès social. Cependant, la décision est encore loin d’être définitive. En France, les différents régimes de retraite complémentaire permettent deux méthodes de calcul pour les pensions. Il s’agit de la méthode de calcul par points et la méthode de calcul par trimestres. La réforme des retraites prévue pour 2025 a pour intention de bousculer cette répartition. Comment ? En rassemblant les 42 régimes présents en un seul système de retraite qui serait à points. Même si elle fait certains heureux, la retraite à points fait aussi des perdants.

Alors, qui seront les gagnants et les perdants ?

Retraite : le point de vue du gouvernement

Le gouvernement considère que l’âge pivot correspond à une mesure «juste et efficace». Quel objectif ? Faire en sorte d’équilibrer le système des retraites.

«Aujourd’hui, la mesure est présente dans le projet de loi que le gouvernement a transmis au Conseil d’Etat, mais je crois vraiment que c’est un détail», a dit M. Djebbari sur BFMTV et RMC. Selon lui, tout est encore ouvert.

L’idée est la mise en place d’un système de retraite plus juste et équitable. Chaque euro cotisé donnerait les mêmes droits, quel que soit le statut concerné.

Les changements prévus

La fin des régimes spéciaux est annoncée. Pour certains métiers, ils donnaient notamment le droit à un départ en retraite anticipé. Le départ pouvait se faire dès 52 ans pour certains domaines d’activité en respectant certaines conditions. Les affiliés de ces régimes refusent les changements qui se préparent et veulent conserver leurs avantages.

La disparition des caisses de retraite autonomes est également prévue. Cela représente une perte pour les professions libérales et pour certains secteurs tels que l’aviation civile. Ces grandes réserves financières assurent à leurs affiliés un confort supplémentaire à la retraite. Ces derniers n’acceptent pas de voir cet avantage conséquent s’éclipser.

Enfin, la réforme des retraites prévoit de prendre en compte la totalité de la carrière professionnelle dans le calcul de la pension. Actuellement, elle se limite aux 25 meilleures années pour les salariés du secteur privé et aux 6 derniers mois pour les fonctionnaires.

L’Assemblée nationale examinera le projet contesté de réforme des retraites à partir du 17 février et durant deux semaines, avec une procédure accélérée. Le projet de réforme, contenant un projet de loi organique et un projet de loi ordinaire, sera présenté en Conseil des ministres le 24 janvier 2020.

2023 : 5 milliards d’économies

Voici quelques chiffres selon le document présenté aux représentants des syndicats et du patronat. En 2023, les économies devraient être de 5 milliards, puis de 6,5 milliards en 2024. Ensuite, elle l’élèveraient à 9 milliards en 2025 et 11 milliards en 2026.

Les gagnants de la réforme

Les femmes ainsi que les familles monoparentales

Avec une pension en moyenne 42 % inférieure à celles des hommes, les femmes auraient beaucoup à gagner de l’instauration d’un système qui se veut être plus équitable. La réforme des retraites prévoit notamment la révision des droits familiaux et du dispositif de réversion, concernant 9 femmes sur 10. Voici ce qui est prévu : une majoration des droits de 5 % par enfant, dès le premier enfant, qui sera à se diviser entre les deux conjoints. Dans le cas où le partage est impossible, c’est à la mère que cette majoration sera accordée. La nouvelle réforme des retraites devrait donc être avantageuse pour les femmes et les familles monoparentales, dont un tiers vit sous le seuil de pauvreté.

Les exploitants agricoles mais aussi les commerçants

C’est l’une des rares catégories socio-professionnelles qui ne devrait pas subir ce futur système. En effet, les retraites des agriculteurs et des commerçants ne devraient pas être impactées par la mise en place du système à points, que ce soit au niveau du taux de cotisation ou du montant de la pension future. Un seul élément sera modifié, il s’agit du relèvement de la pension minimale à hauteur de 85% du SMIC concernant les professionnels ayant accomplit une carrière complète. Actuellement, le relèvement de pension s’élève à 75 % du SMIC pour les agriculteurs et 81 % pour les salariés, les artisans-commerçants ainsi que les agriculteurs touchant plus d’une pension.

Des rares professions libérales

En majorité, les professions libérales vont être pénalisées, sauf celles dont le taux de cotisation actuel est supérieur à celui prévu par la réforme des retraites.

Qui sont les perdants ?

Les fonctionnaires

Il s’agit de l’une des catégories les plus impactées par la mise en place de la retraite à points. Pour le moment, la pension de retraite d’un fonctionnaire est calculée sur sa rémunération des six derniers mois (sans compter les primes), auquel on applique un taux de 75%. Une fois la nouvelle réforme mise en place, c’est l’ensemble de leur carrière qui serait prise en compte. Or, les salaires d’un fonctionnaire sur ses six derniers mois d’activité sont forcément supérieurs comparé à ceux de l’ensemble de la carrière. La conclusion, c’est donc que les fonctionnaires vont probablement être perdants.

Cependant, le gouvernement a voulu rassurer les fonctionnaires. En effet, pour éviter de les pénaliser, il est prévu d’intégrer leurs primes dans le calcul de la retraite.

Les régimes spéciaux

Sapeurs-pompiers, agents de police municipale, mineurs, sages-femmes… Les professions particulièrement “actives” (es sages-femmes, les cheminots, etc…) bénéficient d’un droit de départ en retraite anticipé. En suivant la logique de la réforme des retraites, ceux qui font le même métier doivent pouvoir profiter des mêmes droits, qu’ils exercent dans le public ou le privé. Ainsi, toutes les possibilités de départ anticipé à 52 ou 57 ans seront supprimées, que ce soit dans les régimes spéciaux ou dans la fonction publique. Malgré tout, une dérogation sera concédée à certaines professions telles que les contrôleurs aériens, les sapeurs-pompiers professionnels…

Ces derniers auront encore la possibilité de bénéficier d’un départ en retraite anticipé sous certaines conditions. Concernant les militaires, ils ne sont pas dans l’obligation d’atteindre un âge légal pour pouvoir profiter d’une retraite à taux plein. En revanche, ils doivent certifier un certain nombre d’années de services.

Concernant le personnel hospitalier, il risque d’être déçu. En effet, le départ en retraite anticipé va disparaître pour eux également.

Les professions libérales

Du côté des professions libérales, avec le nouveau système, les cotisations devraient s’élever à 28,12 % jusqu’à 120 000 euros de salaire annuel. C’est bien plus élevé que ce que payent actuellement certains libéraux. Pour atténuer, il est envisagé de rabaisser le taux. Comment ? En le faisant passer de 28,12% à 12,94% au-delà de 40 000 €.

Malgré tout, cela reste trop élevé pour certaines professions, comme les avocats. Concernant les professions libérales, qui sont donc les principales victimes ? Il s’agit des avocats, les sages-femmes, les architectes, les géomètres, les experts-comptables, les auxiliaires médicaux ainsi que les vétérinaires.

Pour quelle raison ? Tout simplement parce que leur pension augmente certes, mais pas proportionnellement. Même avec tous ces ajustements, le futur système reste moins avantageux que l’actuel pour les professions libérales. En théorie, cela s’exprimerait par exemple par un rendement de 5,5 % (100 euros cotisés = 5,50 euros sur le retraite), contre 10% à ce jour.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plateforme d'assistance et de services aux salariés

Experts en architecture des systèmes de rémunération nous vous conseillons sur

RECHERCHE

abonnez vous à notre newsletter

ARTICLES LES PLUS LUS

ailleur sur le web

RSS Error: A feed could not be found at `https://app.meltwater.com/gyda/outputs/5d6fbbb4d9717383dbb94eba/rendering?apiKey=5cb0433764649e9b268f8776&type=rss`; the status code is `400` and content-type is `text/html`

notre communauté

Restez Connecté